Form&Pharm, Maîtrisez les nouvelles missions proposées par la loi HPST ! Pharmacie et Pharmaciens, Pharmaciens titulaires. patient santé territoire Pharmaciens adjoints Formation Organisme de formation Faculté de pharmacie Congrès, Pharmagora Wk pharma Groupement de pharmaciens Ordre des pharmaciens Syndicats des pharmaciens FSPF ACIP Convention Ameli Acte pharmaceutique Laboratoires LEEM ANSM HAS ARS URPS Service IMAGE, Hôpital Robert Debré ONDAM Santé publique Malade Prévention Grossesse, Allaitement

Logotype form&farm


Calendrier des formations

Calendrier.png
telecharger2.png inscris.png

Newsletter



Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.

Toutes nos formations

LE DPC : UNE DEMARCHE INNOVANTE AU SERVICE DES PATIENTS

Écrit par user. Posté le Jeudi 15 octobre 2009 @ 15:11:32 par Root
Le développement professionnel continu (DPC) des professionnels de santé : réunir dans un concept commun les notions de formation professionnelle continue et d’évaluation des pratiques.

L’article 59 de la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires a introduit dans le code de la santé publique la notion de développement professionnel continu des professionnels de santé, afin de réunir dans un concept commun les notions de formation professionnelle continue et d’évaluation des pratiques professionnelles. La mise en œuvre de cet article a nécessité l’élaboration de douze décrets d’application.


Six décrets en Conseil d’Etat précisent la détermination des règles selon lesquelles les professionnels de santé satisfont à leur obligation de développement professionnel continu (DPC) ainsi que celles relatives à l’enregistrement des organismes concourant à l’offre dans ce domaine et au financement des programmes.

L’article 59 de la loi de juillet 2009 ayant posé le principe selon lequel « le développement professionnel continu a pour objectif l’évaluation des pratiques professionnelles, le perfectionnement des connaissances, l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins ainsi que la prise en compte des priorités de santé publique et de la maîtrise médicalisée des soins », les décrets qui doivent être publiés très prochainement ont pour objet de décliner le contenu de l’obligation de développement professionnel continu pour les grandes catégories de professionnels de santé : médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, pharmaciens et professionnels paramédicaux, l’organisation du développement professionnel continu, son financement, son contrôle ainsi que sa mise en œuvre dans le cadre du service de santé des armées.

Les cinq décrets en Conseil d’Etat relatif à chaque profession précisent que le DPC comporte l’analyse, par les professionnels, de leurs pratiques professionnelles ainsi que l’acquisition ou l’approfondissement de connaissances ou de compétences et constitue donc une obligation à laquelle chacun doit satisfaire dans le cadre d’une démarche individuelle et permanente, en participant chaque année à un programme de développement professionnel continu.

Ces programmes seront caractérisés par une méthode validée par la Haute Autorité de santé et correspondront à des orientations, soit nationales préalablement définies par un arrêté ministériel sur propositions des commissions scientifiques, soit régionales et fixées par l’agence régionale de santé. Ces programmes seront proposés par des organismes de développement professionnel continu.

Selon la profession concernée, le contrôle du respect de l’obligation sera assuré par les conseils de l’ordre, les employeurs ou l’agence régionale de santé.

Il est précisé que les règles relatives aux règles d’enregistrement des organismes de développement professionnel continu figurent dans le projet de décret en Conseil d’Etat relatif à l’organisme gestionnaire du développement professionnel continu (OGDPC).

L’organisme gestionnaire voit son statut de groupement d’intérêt public précisé et ses missions définies, consistant notamment à financer, dans la limite de forfaits, les actions de DPC et à enregistrer les organismes intervenant au titre du développement professionnel continu. Les règles d’organisation et de fonctionnement du conseil de gestion de l’OGDPC sont fixées, avec les dispositions financières et comptables qui sont applicables à son activité. Enfin, les procédures d’enregistrement, d’évaluation, de suivi et de contrôle des organismes de DPC sont déterminées, ainsi que les obligations de traçabilité qui incombent aux employeurs des professionnels de santé dans le domaine du DPC.

Cinq autres décrets simples organisent les commissions scientifiques propres aux différentes catégories de professionnels de santé.

Les commissions scientifiques indépendantes auront les mêmes missions : proposer les orientations nationales, évaluer les organismes de développement professionnel continu, élaborer les référentiels permettant d’assurer le contrôle de ces organismes. Elles comprennent des représentants soit des conseils nationaux professionnels, soit des sociétés savantes, soit des associations professionnelles, des praticiens professeurs d’université, des représentants de l’ordre et des personnalités qualifiées.

Afin d’assurer leur indépendance, leurs moyens de fonctionnement seront assurés par l’organisme gestionnaire du développement professionnel continu.

Enfin un dernier décret simple prévoit la création du Conseil national du développement professionnel continu des professions de santé des professions de santé, qui permet, au sein d’une même instance consultative, de regrouper l’ensemble des professionnels, médicaux, pharmaceutiques et paramédicaux afin de réfléchir et de faire des propositions sur le fonctionnement du dispositif.

L’organisme gestionnaire assurera également le fonctionnement de cette instance consultative regroupant l’ensemble des professionnels, médicaux, pharmaceutiques et paramédicaux.

Les liens utiles


Article  Précédent |   Suivant